décembre 11, 2023

Belmont-Broye: Tract des opposants

Fusions des communes :

 

Démocratie, un problème à régler ou une cause à défendre ??

 

  1. Un choix imposé par le canton
  2. Un oubli démocratique ?
  3. Une procédure expresse réglée en moins d’une législature
  4. Reprise d’une région à l’autre par des spécialistes de la manipulation stratégique
  5. Une pseudo consultation qui a valeur de caution démocratique
  6. Une représentation démocratique en perte de vitesse
  7. Le Conseil défend-t-il les intérêts des citoyens ou joue-t-il sa promotion en division supérieure ?
  8. Les intérêts des citoyens supposent une évaluation à charge et à décharge, or les opposants n’ont jamais eu voix au chapitre…
  9. Un vote précipité sans débat public et réelle conscience des enjeux

 

On ne pourra plus revenir en arrière !

…et pourtant rien ne nous garantit que les promesses seront tenues.

 

Courir après la « taille critique » c’est :

La carte blanche à  administration « usine à gaz »

La garantie de « dépenses d’échelle » plutôt que des « économies d’échelle »

Une perte de proximité réelle

 

Fusion des communes :

Hold-up anti-démocratique

 

Fusionner nos communes, c’est diluer le pouvoir des citoyens sur leur espace vital.

Fusionner nos communes, c’est, à terme, la disparition de sociétés locales.

La fusion, c’est la concurrence aux subventions pour les sociétés locales.

 

Le conseil général, même prévu à 60 membres, porte dans ses gènes les inégalités futures qu’il ne manquera pas d’engendrer.

Une fois la période transitoire passée et quoi qu’on en dise, il n’est pas du tout certain que les anciennes communes y soient représentées.

 

Voici quelques uns des raisons qui nous portent à dire NON le 28 septembre 2014 à la fusion de nos communes en Belmont-Broye.

Ne l’oublions pas, en cas d’acceptation,  la fusion est irréversible ! Après il sera trop tard pour des regrets.

 

Pourquoi n’y a-t-il jamais eu de consultation de la population AVANT de se lancer dans cette étude de fusion ? Est-ce que la part du budget qui est de la compétence du Conseil Communal est prévue pour étudier la dissolution de nos communes ?

La fusion propose ni plus ni moins de modifier une situation actuelle globalement satisfaisante. Certes, nos communes peuvent encore s’améliorer, mais notre région n’a pas attendu l’avènement de l’hypothétique commune unique pour prospérer et se développer. Preuve en est le formidable essor de nos localités.

 

On ne change pas une équipe qui gagne. Surtout pas avec de vaine promesses basée sur des châteaux de sable.

 

Nos identités et nos solidarités se nourrissent de nos différences et de nos particularités actuelles. Une grande commune n’apportera pas plus de solidarité, mais enlèvera aux citoyens le goût de la chose publique diluée dans ce qui ressemblera de plus en plus à une « usine à gaz ».

 

Le développement économique, social et culturel de notre région profite à toute les communes qui se battent chacune à son niveau pour le bien-être de ses habitants en créant des complémentarités naturelles entre voisines. Pourquoi casser une dynamique qui laisse intacte l’autonomie politique des communes ?

 

NON au projet de fusion Belmont-Broye

Le 28 septembre 2014, nous, citoyens des communes de Domdidier, Dompierre, Léchelles et Russy, nous nous prononcerons sur l’avenir de celles-ci. Il s’agira de dire si nous acceptons de dissoudre nos communes de manière irréversible dans une nouvelle commune appelée Belmont-Broye.

Les promoteurs de cette idée agissent ainsi en ambassadeurs de l’idée que notre avenir sera plus efficace et rationnel si nous devenons plus grands, plus forts, prêts à nous battre face à la concurrence, même si dans l’exercice nous devons perdre ce qui fait nos différences, nos particularités, notre convivialité et surtout si nous acceptons d’y laisser ce que d’autres nous jalousent : notre droit de décider ce qui nous concerne, tout près de chez nous.

 

Nous disons NON à cette fusion car

L’étude du Préfet, devenue par la suite projet de fusion des Conseils Communaux, est entachée d’un manque total de démocratie. Pas une seule fois, nous, citoyens des communes concernées, n’avons été consultés pour savoir comment nous envisageons notre futur et de quelle façon nous pensons l’aborder. Cette manière autocratique et dédaigneuse de faire, affichée par nos élus, nous paraît pour le moins méprisante envers nous, les électeurs. Une étude englobant toute la problématique abordée et toutes les alternatives possibles et analysées aurait dû nous être soumise lors des assemblées d’informations avant la poursuite du processus dans une direction ou dans une autre.

 

On nous promet un développement rapide en un nouveau « pôle régional » en cas de fusion, mais tient-on compte du fait que ce développement à tout crin semble de moins en moins faire l’unanimité. C’est faire peu de cas des entrepreneurs, des artisans et des commerçants de nos villages qui se voient lentement remplacés par des entreprises et des commerces venant parfois de fort loin. C’est faire peu de cas du bradage de surfaces industrielles et artisanales vendues à de grandes entités dont la logique entrepreneuriale n’est pas ancrée localement.

 

Nos autorités communales ont été élues pour défendre nos communes, pas pour les faire disparaître.